aplomb


aplomb

aplomb [ aplɔ̃ ] n. m.
• 1547; de à plomb
1Verticalité indiquée par le fil à plomb; équilibre (d'un corps) en position verticale. Le mur a gardé, a perdu son aplomb.
État d'équilibre du corps reposant sur les membres. Spécialt (au plur.) Les aplombs du cheval, la direction de ses membres par rapport au sol.
2(1798) Fig. Assurance d'une personne que rien ne déconcerte. assurance. Un aplomb imperturbable. « l'aplomb de ces braves gens-là, leur sécurité dans la bêtise » (Flaubert). « L'aplomb de ce petit me démontait » (A. Gide). Péj. Audace effrontée. culot, impudence, toupet. Vous ne manquez pas d'aplomb ! « On t'offre une place [...] et tu as l'aplomb de refuser » (A. Daudet).
3Loc. adv. (1762) D'APLOMB : suivant la verticale. « les pleins midis tombant d'aplomb sur la rivière » (A. Daudet). Par ext. En équilibre stable. « le corps tassé, bien d'aplomb sur ses jambes, il s'immobilisa » (Martin du Gard).
Fig. En bon état physique et moral. « Ce mois de solitude me remit d'aplomb » (A. Gide).
⊗ CONTR. Obliquité. Déséquilibre. Timidité.

aplomb nom masculin (de à et plomb) Direction perpendiculaire au plan de l'horizon. Équilibre entre diverses tendances, différentes forces opposées : La société n'avait pas retrouvé son aplomb. Confiance en soi que rien ne déconcerte : Perdre son aplomb. Péjoratif. Audace, hardiesse effrontée ; toupet, culot : Ne pas manquer d'aplomb. Stabilité contrôlée permettant à un danseur aussi bien le départ précis d'un mouvement que sa conclusion. ● aplomb (difficultés) nom masculin (de à et plomb) Sens Ne pas confondre. 1. Aplomb = équilibre vertical. 2. À plomb = verticalement. ● aplomb (expressions) nom masculin (de à et plomb) D'aplomb, perpendiculairement au plan horizontal, en position stable. Remettre quelqu'un d'aplomb, le rétablir physiquement, moralement, financièrement. Familier. Se sentir, être d'aplomb, se sentir, être bien portant. ● aplomb (homonymes) nom masculin (de à et plomb) à plomb locutionaplomb (synonymes) nom masculin (de à et plomb) Direction perpendiculaire au plan de l'horizon.
Contraires :
- obliquité
Équilibre entre diverses tendances, différentes forces opposées
Contraires :
- déséquilibre
- instabilité
Confiance en soi que rien ne déconcerte
Contraires :
- gêne
- timidité
Audace, hardiesse effrontée ; toupet, culot
Synonymes :
- culot (familier)
- toupet (familier)

aplomb
n. m. et adj.
rI./r n. m.
d1./d Direction verticale indiquée par le fil à plomb. Prendre les aplombs d'un édifice.
Par ext. Position d'équilibre du corps. Il a pu, en s'appuyant sur moi, reprendre son aplomb.
d2./d (Plur.) Aplombs du cheval: positions des membres de l'animal par rapport au sol.
d3./d Fig. Grande assurance.
|| Péjor. Audace excessive, effronterie. Il ne manque pas d'aplomb, celui-là! Syn. Fam. culot, toupet.
d4./d Loc. adv. D'aplomb: exactement vertical. Ce mur n'est pas d'aplomb.
Fig. En bonne santé. Je ne me sens pas d'aplomb.
rII./r adj. (Mart.) Adroit, qui vise juste. être aplomb au tir, au jeu de billes.

⇒APLOMB, subst. masc.
A.— [En parlant de la position d'une ligne ou d'un volume] Direction perpendiculaire au plan de l'horizon, telle que l'indique le fil à plomb; position perpendiculaire :
1. D'en bas, quand on les toise [les arbres], leur volume et leur aplomb font tort à leur taille, et leur cime qui s'étale, dont les branches parfois partent à mi-fût, raccourcit aux yeux leur jet. Ils n'ont toute leur stature qu'étendus.
PESQUIDOUX, Le Livre de raison, t. 2, 1928, p. 44.
2. Autour du brasier de lumières à l'aplomb de la coupole, le reste de la nef était très sombre,...
GRACQ, Le Rivage des Syrtes, 1951, p. 190.
SYNT. Prendre l'aplomb; conserver, garder, perdre, tenir son aplomb; à l'aplomb de; l'aplomb d'un mur, d'un édifice, d'un rocher.
D'un seul aplomb. Perpendiculaire et d'un seul tenant :
3. ... ce sont des pics d'un seul aplomb qui ont l'air de venir à la rencontre de la terre plate comme des promontoires au-devant de la mer étalée, ...
PESQUIDOUX, Le Livre de raison, t. 1, 1925, p. 174.
Spéc., IMPR. Donner l'aplomb. Mettre à la verticale :
4. ... on donne l'aplomb et l'équerre nécessaires...
É. LECLERC, Nouv. manuel complet de typogr., 1932, p. 51.
B.— P. ext. Répartition régulière du poids, équilibre, stabilité.
1. [En parlant d'une chose] Ce mur tient bien son aplomb, a perdu son aplomb (Ac. 1835-1932).
Spéc., B.-A. Stabilité d'une figure considérée dans la réalité :
5. Le Français ne peut pardonner à ce génie [Cézanne] de l'avoir frustré d'une partie de la réalité palpable, d'avoir négligé l'aplomb et la pesanteur de la bouteille, la rondeur familière du compotier bourgeois, la stabilité de l'arbre et la dentelle connue de ses feuilles, l'intégrité de la maison et sa verticalité confortable, ...
LHOTE, Peinture d'abord, 1942, p. 121.
Manquer d'aplomb. Se dit d'une figure dont la position serait intenable dans la réalité.
P. métaph. :
6. ... la douleur ne donne pas seulement d'utiles leçons : elle contribue aussi plus d'une fois à fortifier tout le corps; elle imprime plus de stabilité, d'équilibre et d'aplomb aux systèmes nerveux et musculaire.
CABANIS, Rapports du physique et du moral de l'homme, t. 1, 1808, p. 196.
7. Chacun doit être le magistrat, le roi, le juge de soi-même (...). Nos qualités ne sont qu'un ordre sans lumière, une régularité sans règle, une droiture sans cordeau, un équilibre sans aplomb, ...
J. JOUBERT, Pensées, t. 1, 1824, p. 274.
8. Le français et l'anglais n'ont pas les mêmes aplombs, l'un repose sur les substantifs, l'autre sur les verbes, ...
CLAUDEL, Correspondance [avec A. Gide], 1899-1926, p. 184.
2. [En parlant d'une pers. ou d'un animal] :
9. « Il est impossible, s'il faut l'en croire, de réunir à un plus haut degré toutes les qualités qui font une danseuse parfaite : une extrême légèreté; un aplomb imperturbable, qui la rend toujours maîtresse de terminer, quand il lui plaît et comme il lui plaît, le mouvement le plus rapide; ...»
JOUY, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 4, 1813, p. 45.
10. LE CAVALIER. — Finesse, proportions étroites, rapidité, liant, jusqu'à ses défauts d'aplomb; voilà ce qui en fait [du cheval limousin ou français pur] un animal merveilleux.
G. D'ESPARBÈS, La Folie de l'épée, 1927, p. 179.
Au fig. [En parlant d'une pers.] Assurance, confiance en soi, aisance dans les gestes et la parole. Avoir de l'aplomb; perdre, retrouver son aplomb :
11. Le bureau étant définitivement constitué, j'ai lu mon discours d'ouverture avec un aplomb et une fermeté assez extraordinaires pour moi.
MAINE DE BIRAN, Journal, 1816, p. 219.
12. Ce fut pour moi une grande satisfaction que de voir le sang-froid et l'aplomb avec lequel mes deux amis s'assirent, s'approchèrent de la table, étalèrent leurs serviettes, et se préparèrent à agir.
BRILLAT-SAVARIN, Physiol. du goût, 1825, p. 180.
13. L'exercice des fonctions représentatives demande un aplomb que je n'avais point encore, une aisance qui ne s'improvise pas.
REYBAUD, Jérôme Paturot, 1842, p. 338.
Péj. Assurance excessive touchant à l'insolence. Ne pas manquer d'aplomb; mentir avec aplomb :
14. ... vous ignorez tout ce que je veux dire. — Je l'ignore en effet, dit Mme Malassis, qui retrouva une sorte d'aplomb et d'impudence au plus fort de cette situation désespérée.
PONSON DU TERRAIL, Rocambole, t. 2, Le Club des valets de cœur, 1859, p. 219.
15. Il avait un sacré aplomb, un toupet du tonnerre, familier, bravant le danger.
ZOLA, L'Assommoir, 1877, p. 479.
16. Non mais alors quel aplomb! quelle effronterie fantastique! ...
CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 502.
C.— Loc. adv. D'aplomb (cf. supra A).
1. Perpendiculairement au plan de l'horizon. Tomber d'aplomb :
17. Nous suivons les jeunes gens dans un sentier rocailleux, sous le soleil de midi qui tombe d'aplomb sur nos crânes.
T'SERSTEVENS, L'Itinéraire espagnol, 1933, p. 82.
2. P. ext.
a) [En parlant de l'équilibre du corps] Bien d'aplomb; d'aplomb sur ses jambes :
18. Il n'a pas l'air d'aplomb. En effet, l'homme traînait la jambe et ne marchait pas très droit.
ARLAND, L'Ordre, 1929, p. 469.
b) [En parlant de l'équilibre moral] :
19. Je sentais Putouarey si bien d'aplomb dans la vie, droit sur sa panse d'homme riche, prenant, sans même se donner la peine de se baisser, la fleur des plaisirs du monde; je le sentais si ferme et si plein de certitudes que j'avais honte, devant lui, de mes faiblesses sentimentales, de mes inquiétudes, de mes dégoûts et de mes timidités.
LARBAUD, A. O. Barnabooth, 1913, p. 269.
c) Fam. [En parlant de l'état de santé d'une pers]. Être, se sentir d'aplomb; (se) remettre ou être remis d'aplomb :
20. Il [Beauchêne] regardait Mathieu. — Vous avez l'air d'aplomb, vous. Comment faites-vous pour ne paraître jamais fatigué?
ZOLA, Fécondité, 1899, p. 8.
21. Je n'ai jamais été d'aplomb. Voilà mon bilan si je me prospecte. Et, dans cet état lamentable, au lieu de garder la chambre, j'ai bourlingué partout.
COCTEAU, La Difficulté d'être, 1947, p. 175.
Rem. Attesté ds Nouv. Lar. ill., avec la mention ,,en langage populaire``, ds ROB. et Lar. encyclop. (,,fam.``) et ds DUB., sans indication styl., comme synon. de bien portant.
PRONONC. :[]. FOUCHÉ Prononc. 1959, p. 411 note que le groupe -mb ,,est muet, avec voyelle précédente nasale, dans aplomb, coulomb, plomb, surplomb`` (cf. aussi V. BUBEN, Influence de l'orth. sur la prononc. du fr. mod., Bratislava, 1935, p. 169, et MART. Comment prononce 1913, p. 210). LITTRÉ précise que le b ne se lie jamais.
ÉTYMOL. ET HIST.
I.— Loc. adv. 1. ca 1200 à plon « à la verticale, perpendiculairement » (Alexandre, p. 503 ds LITTRÉ : Li mur sunt haut et fort, de quariaus à plon mis), attest. isolée; 1552 à plomb (G. PARADIN, Cronique de Savoie, Lyon, d'apr. M. Bossard ds FEW t. 9, p. 99); 1762 d'aplomb « id. » (Ac. : Aplomb [...] On dit aussi, Ce mur, cette ligne est d'aplomb) mais aussi 1771 à plomb et d'aplomb (Trév. : Aplomb se dit aussi adverbialement, pour dire dans une direction verticale & perpendiculaire à l'horison ... Ce mur n'est pas d'aplomb. Le soleil darde aplomb ses rayons. On en fait ordinairement deux mots. Ce mur est, n'est pas à plomb); 2. 1835 d'aplomb « dans un équilibre stable » (Ac.).
II.— Subst. 1. a) 1547 « verticale » (J. MARTIN, Vitruve ds DELB. Rec. ds DG : La cathete ou aplomb) d'où b) 1688 prendre les aplombs « vérifier qu'une construction est droite et verticale avec le fil à plomb » (RICH. s.v. plomb); c) 1798 escr. et danse « équilibre » (Ac.); 2. au fig. en parlant des pers. a) 1798 « équilibre de la personnalité » (Ac.); b) 1816 « assurance », supra ex. 11.
Composé de plomb et de la prép. à.
STAT. — Fréq. abs. littér. :769. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 911, b) 1 770; XXe s. : a) 1 279, b) 774.
BBG. — BARB.-CAD. 1963. — BÉL. 1957. — BRUANT 1901. — Canada 1930. — CHABAT t. 1 1875. — Chauss. 1969. — CHESN. 1857. — COMTE-PERN. 1963. — FRANCE 1907. — GITEAU 1970. — JOSSIER 1881. — LARCH. 1880. — LITTRÉ-ROBIN 1865. — Méd. Biol. t. 1 1970. — NOËL 1968. — NOTER-LÉC. 1912. — PRIVAT-FOC. 1870. — SPR. 1967. — UV.-CHAPMAN 1956.

aplomb [aplɔ̃] n. m.
ÉTYM. 1547; de à plomb.
———
I
1 Verticalité d'une ligne, telle qu'elle est indiquée par le fil à plomb. Fil (à plomb). || Prendre l'aplomb.Par ext. Équilibre, stabilité d'un corps en position verticale. || Le mur a gardé, a perdu son aplomb.
1 Les assises (des pierres des édifices grecs) arrivaient à un aplomb incroyable.
Chateaubriand, Itinéraire…, 197.
(En parlant de l'homme ou des animaux). Équilibre du corps reposant sur les membres. Équilibre, stabilité; (→ ci-dessous, cit. 3).Arts. || Les figures de ce tableau manquent d'aplomb. Pondération.
2 Sa stature prenait de l'aplomb sans rien perdre de son élasticité.
Lamartine, Graziella, IV, 27.
2 Spécialt (au plur.). || Les aplombs du cheval.
3 L'aplomb est l'état d'un animal reposant sur ses membres en équilibre; il sera régulier si la conformation des membres est régulière, irrégulier si celle-ci est elle-même irrégulière. De là est née une signification spéciale attachée à ce terme dans l'examen du cheval, où l'on entend par aplombs la direction des membres par rapport au sol (…) c'est de leur régularité que dépendent le libre jeu des articulations, la force et la solidité des membres, l'amplitude des allures.
Omnium agricole, p. 51.
———
II (1816; « équilibre », 1798). Fig. Assurance d'une personne que rien ne déconcerte ( Assurance); aisance dans le comportement qui vient de la confiance qu'on a en soi. || Avoir de l'aplomb, un aplomb imperturbable. || Perdre, retrouver son aplomb. Sang-froid.REM. Ce terme est souvent senti comme péjoratif et synonyme de audace effrontée. Culot, toupet. || Vous en avez de l'aplomb ! || Quel aplomb ! || Avoir l'aplomb de dire, de faire telle chose. Effronterie, impudence. || Mentir avec aplomb.
4 (…) s'épanchant en phrases filandreuses, prenant l'obséquiosité pour de la politesse, et la formule pour de l'esprit, il débitait des lieux communs avec un aplomb et une rondeur qui s'acceptaient comme de l'éloquence.
Balzac, les Petits Bourgeois, Pl., t. VII, p. 97.
5 (…) ce qu'il y a de dur, c'est l'aplomb de ces braves gens-là, leur sécurité dans la bêtise.
Flaubert, Correspondance, t. II, p. 223.
6 Car, dans votre aplomb grave, infaillible, hébété,
Vous niez l'idéal, la grâce et la beauté !
Hugo, les Contemplations, I, 13.
7 Comment ! On t'offre une place de chroniqueur dans un bon journal de Paris, et tu as l'aplomb de refuser (…)
Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, « La chèvre de M. Seguin ».
8 Dans aucun parti, on ne fait difficulté d'admettre un voleur, s'il a du gosier et de l'estomac, c'est-à-dire de l'aplomb et de la métaphore.
M. Barrès, Leurs figures, p. 19.
9 L'aplomb de ce petit me démontait.
Gide, les Faux-monnayeurs, III, XV.
———
III Loc. adv. (1762). D'aplomb.
1 Suivant la verticale. || Les rayons du soleil tombent d'aplomb.
10 Oh ! les pleins midis tombant d'aplomb sur la rivière, il me semble qu'ils me brûlent encore.
Alphonse Daudet, Contes du lundi, « Le pape est mort ».
11 Du zénith aveuglant le jour tombe d'aplomb.
J. M. de Heredia, les Trophées, « Vision de Kem ».
Par ext. En équilibre stable. || Être bien d'aplomb, retomber d'aplomb sur ses jambes. || Maintenir d'aplomb. || Mettre qqch. d'aplomb ou de niveau à l'aide de cales. Caler. || Meuble bancal, qui n'est pas d'aplomb. || Poser d'aplomb (un avion). Asseoir (2.).
12 Lorsqu'il eut lentement gravi les marches, et que, le corps tassé, bien d'aplomb sur ses jambes, il s'immobilisa, face au public (…)
Martin du Gard, les Thibault, VII, 52.
2 Fig. En bon état physique et moral. || Être, se sentir d'aplomb.Par anal. || Remettre d'aplomb (une situation, des affaires) : remettre en état.
13 En somme, depuis l'avènement des Valois, la monarchie et la France avaient peine à se remettre d'aplomb.
J. Bainville, Hist. de France, p. 210.
14 Ce mois de solitude me remit d'aplomb (…)
Gide, Journal, nov. 1904.
CONTR. Inclinaison, obliquité. — Déséquilibre, instabilité. — Embarras, gêne, timidité. — (De d'aplomb) Porte-à-faux (en).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • aplomb — APLÓMB s.n. 1. (livr.) Siguranţă absolută sau îndrăzneală (adesea nejustificată) manifestate în comportarea cuiva. 2. Poziţie şi direcţie a membrelor unor animale în raport cu pământul şi cu planul median al corpului, care serveşte la alegerea… …   Dicționar Român

  • Aplomb — Sm Sicherheit, Nachdruck, Dreistigkeit per. Wortschatz fach. (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus frz. aplomb, eigentlich senkrechte Stellung, Gleichgewicht , einer substantivierten Zusammenrückung von frz. à plomb senkrecht, im Lot ; frz. plomb… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • aplomb — APLOMB. s. m. Ligne perpendiculaire au plan de l horizon. Ce mur tient bien son aplomb. On dit aussi adverbialement, Ce mur, cette ligne est d aplomb. Voyez Plomb. [b]f♛/b] On l emploie dans le sens propre en parlant De l Escrime, de la Danse; et …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • Aplomb — Aplomb* [a plõ:] der; s <aus gleichbed. fr. aplomb, eigtl. »senkrechte Stellung«, zu à plomb »im (Blei) Lot«>: 1. a) Sicherheit [im Auftreten], Nachdruck; b) Dreistigkeit. 2. Abfangen einer Bewegung in den unbewegten Stand (Balletttanz) …   Das große Fremdwörterbuch

  • aplomb — (n.) assurance, confidence, 1828, from Fr. aplomb (16c.), lit. perpendicularity, from phrase à plomb poised upright, balanced, lit. on the plumb line, from L. plumbum (the metal) lead (see PLUMB (Cf. plumb) (n.)), of which the weight at the end… …   Etymology dictionary

  • Aplomb — A plomb , n. [F., lit. perpendicularity; ? to + plomb lead. See {Plumb}.] Assurance of manner or of action; self possession. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Aplomb — (fr., spr. aplong, eigentlich à plomb [nach. dem Blei]), 1) Gewicht; 2) bestimmtes, festes Benehmen u. Wesen, so der A. eines Tänzers, wenn er nirgends schwankt od. ungewiß ist; 3) senkrecht, lothrecht …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Aplomb — (franz., spr. aplóng, eigentlich: das Lotrechtsein), Sicherheit des Auftretens, Benehmens …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Aplomb — (frz., spr. aplóng), das Lotrechtsein; Sicherheit im Auftreten und Benehmen …   Kleines Konversations-Lexikon

  • aplomb — I noun assurance, backbone, balance, boldness, calmness, composure, confidence, constancy, correctness, decorum, demeanor, deportment, dignity, elegance, equanimity, equilibrium, grit, intrepidity, levelheadedness, poise, presence of mind,… …   Law dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.